Le « massacre de Pinheirinho », la « lutte contre le crack »… et la spéculation immobilière

Manifestation de soutien aux expulsé-e-s de Pinheirinho, São José dos Campos, Etat de São Paulo, 2 février 2011

Il y a les sans-terre, mais aussi les sans-toit. Conséquence de bas salaires et d’une spéculation immobilière qui fait augmenter les prix des terrains en flèche, onze millions de Brésiliens sont réduits à vivre dans la précarité des favelas. Ces dernières semaines ont été marquées par des interventions policières violentes contre des habitant-e-s de plusieurs communautés installées sur des terrains abandonnés, aujourd’hui convoités par des spéculateurs immobiliers. Le « massacre de Pinheirinho, dans l’Etat de São Paulo, a pris une ampleur particulière et soulevé le débat dans tout le pays. La tendance à l’expulsion des précaires va s’aggraver avec l’approche de la Coupe du Monde 2014 et des JO de 2016. Une militante brésilienne vivant en Suisse nous a fait parvenir ce texte, faisant le lien entre ces interventions policières violentes, la politique de « lutte contre la drogue » menée par le gouvernement et la préfecture de São Paulo, et la répression qui a frappé il y a quelques mois les étudiant-e-s de l’Université de São Paulo.

Lire l’article

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s